Les Algues - cours de biologie
Biologie Vegetal

Les Algues

,

Les Algues

ou Phycophytes (du gr. phukos = algue ; phuton = plantes), sont des Thallophytes chlorophylliens, c’est- à-dire des organismes capables de photo- synthèse. Elles sont donc autotrophes. Les Algues sont, typiquement, des orga- nismes aquatiques . Du point de vue écologique, elles constituent le premier maillon des chaînes alimentaires : ce sont les producteurs quasi exclusifs des mers et des océans (7/10 de la surface du globe). Elles sont fréquentes aussi en eau douce (lacs, mares, ruisseaux). Elles sont plus rares en milieu aérien. Pour réaliser la photosynthèse, les Algues sont tributaires de la lumière. Or celle-ci est absorbée par l’eau et à quel- ques mètres de profondeur l’éclairement devient insuffisant pour assurer une assi- milation compensant les pertes dues à la respiration. Les Algues sont limitées pour cette raison en milieu aquatique à une zone superficielle qui, en général, ne dépasse pas 40 à 60 mètres de profondeur (ce qui, à l’échelle océanique représente une mince pellicule ; au-delà, le milieu marin est dépourvu de producteurs). On distingue dans les populations algales deux grands ensembles. Le premier est constitué d’espèces qui flottent ou nagent en pleine eau ; elles sont en général microscopiques et souvent unicellulaires. Elles forment la partie végétale et productrice du plancton et phytoplancton (du gr. plankton = errant). Le second ensemble – appelé phytobenthos (du gr. benthos = fond) – est constitué par des espèces fixées au fond. Elles constituent en particulier une riche frange de végétation sur le littoral. Parmi ces Algues côtières se rencontrent des espèces dont les thalles atteignent de grandes dimensions et un degré élevé d’organisation pluricellulaire.
Les Algues ont des couleurs variées dues à la présence de pigments masquant plus ou moins la chlorophylle. Ce caractère conduit à subdiviser le groupe en trois grandes lignées qui s’opposent par un ensemble de caractères biochimiques, structuraux et fonctionnels : les Algues Vertes, les Algues Brunes et les Algues Rouges. Chaque lignée renferme des espèces unicellulaires, considérées souvent comme primitives, et des espèces pluricellulaires de complexité croissante dans lesquelles la division du travail physiologique est progressivement plus marquée (cf planche 2, cahier couleur). L’examen de ces végétaux révèle une grande plasticité et montre de nombreux essais évolutifs concrétisés, dans la nature actuelle, par une grande diversité de plans d’organisation et de modes de reproduction qui sont à l’origine de cycles de développement variés. Un des intérêts de l’étude des Algues est qu’elles fournissent des fils conduc- teurs sur les étapes qui ont marqué la progression des formes. Les données récentes de la biologie moléculaire indiquent qu’elles sont à l’origine de l’ensemble des groupes végé- taux actuels, vraisemblablement par endosymbiose d’une cyanobactérie (Procaryote chlorophyllien) qui a évolué en plaste dans une cellule eucaryote archaïque, et dont l’ancêtre est commun pour les Algues Rouges et Algues Vertes ; de ces dernières ont émergé les Embryophytes.

Tags

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close