Le sporogone de Mousse - cours de biologie
Biologie Vegetal

Le sporogone de Mousse

Le sporogone de Mousse

 

Sporogone de Mousse (ici Dicranum scoparium)
(coloration    naturelle    et    hémalun-éosine)
Le sporogone de Mousse 9

Capture

Les    sporogones    se    développent    au    printemps    en    prenant    naissance    au    centre    des    corbeilles    femelles, à    l’intérieur    même    des    archégones.    Chacun    provient    en    effet    du    développement    d’un    zygote.    Le    zygote germe,    sans    temps    de    repos,    à    l’intérieur    même    du    ventre    de    l’archégone.    Si    plusieurs    archégones    ont été    fécondés    sur    le    même    pied,    un    seul    zygote    se    développe.
Le    zygote    se    divise    de    nombreuses    fois    pour    former    un    embryon    fusiforme    qui    s’accroît    lentement    en    se différenciant    en    plusieurs    parties    :
•     la    partie    basale    qui    s’enfonce    à    l’intérieur    de    l’apex    de    la    tige    et    forme    le    pied    ;
•     la    partie    moyenne    qui    s’allonge    et    s’effile    pour    constituer    la    soie    ou    pédicelle    ;
•     le    sommet    qui    se    renfle    et    se    dilate    pour    former    la    capsule.    Pendant    un    certain    temps,    celle-ci    reste emballée    par    la    coiffe    issue    d’une    partie    de    l’archégone.    Cette    coiffe    est    caduque.
L’ensemble    pied,    soie    et    capsule    constitue    le    sporogone

 

Diagnose
La capsule est constituée par un organe creux, l’urne, fermé par un opercule (photo A).
L’urne s’ouvre vers le haut par un péristome muni de dents incurvées vers l’intérieur. La cavité de l’urne présente la  forme d’un manchon avec une columelle axiale ; à maturité, elle contient des spores.
La périphérie de l’urne (photo B) est constituée d’un épiderme et d’un parenchyme lacuneux ; la columelle est éga-lement formée d’un parenchyme lacuneux. Entre les deux zones de parenchyme, se trouve le tissu sporogène, tissu à  l’origine des spores.
Les spores sont de petites cellules arrondies, toutes semblables (photo C). Leur association par 4 au sein d’une même  cellule (paroi restante) — d’où l’appellation de tétraspores — suggère qu’elles résultent d’une méiose.

Capture

Tags

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close