La tige de Sureau - cours de biologie
Biologie Vegetal

La tige de Sureau

La tige de Sureau

 

Coupe transversale de tige de Sureau
(coloration    :    carmino–vert)

Capture

Diagnose
Nature de l’organe
•  C’est un organe à symétrie axiale (photo A) donc une racine ou une tige.
•  Le xylème I est à différenciation centrifuge (photo B).
•  Xylème I et phloème I étaient initialement superposés avant le développement des tissus secondaires.
•  La moelle est abondante et le cortex est peu développé.
 C’est une tige.
Le caractère aérien de cet organe est confirmé par quelques restes de tissu primaire de soutien que sont les îlots de collenchyme en périphérie.
Position systématique
•  Les tissus secondaires sont abondants, qu’il s’agisse du cambium continu (photo B) et de ses productions, bois et liber, ou du phellogène recouvert de liège (photo C).
•  Le bois est constitué de vaisseaux et de fibres donc est hétéroxylé.
 C’est une tige de Dicotylédone en structure secondaire.
Caractères biologiques remarquables
La couche continue et uniforme de bois (pachyte continu) issue du fonctionnement simultané des cambiums fasci-culaire et interfasciculaire ainsi que la présence de liège en surface dénotent le caractère arbustif ou arborescent de cette tige. Néanmoins l’absence de cernes au sein du bois et les restes de tissus primaires corticaux traduisent le fait que cette tige a été prélevée à la fin de sa première année. On peut donc présumer le caractère vivace de cette plante.
La mise en place du phellogène s’est réalisée dans ce cas au niveau de l’assise sous-épidermique (photos B et C).

 

Capture

Tags

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close