La racine et le rhizome de Polypode - cours de biologie
Biologie Vegetal

La racine et le rhizome de Polypode

 

Racine et rhizome de Polypode en coupes transversales
(coloration    :    carmino-vert)

 

Capture

 

 

Diagnose
La coupe transversale de racine
Les    racines    s’insèrent    sur    la    face    inférieure    du    rhizome    ;    ce    sont    donc    des    racines    adventives.
En coupe transversale, l’anatomie de la racine comporte de l’extérieur vers l’intérieur (photo A) :
•  Des assises superficielles peu différenciées assimilables à un subéroïde ;
•  Un parenchyme cortical volumineux ;
•  Un cordon vasculaire (ou stèle) central (photo B). Limité en périphérie par un endoderme à cadre discret de  lignosubérine et par un péricycle plus interne, il présente deux massifs de xylème I convergents, ceinturés par des massifs de phloème I.
La différenciation centripète du xylème I et l’absence de parenchyme médullaire sont autant de caractères racinaires  qui distinguent cette coupe de la suivante.
La coupe transversale du rhizome  Peu    enterré,    horizontal    et    de    forme    cylindrique    (diamètre    de    l’ordre    du    cm),    le    rhizome    est    recouvert    d’écailles brunes    qui    sont    en    fait    des    feuilles    modifiées.    Il    porte    également    des    cicatrices    des    feuilles    aériennes.

Sur une coupe transversale (photo C), on observe des cordons vasculaires, encore appelés stèles, de tailles inégales, grossièrement répartis sur un cercle, dans un parenchyme homogène.
La structure de chaque cordon évoque pour partie celle de la stèle de la racine (photo D). Chacun est entouré par un  endoderme et un péricycle, les deux massifs de xylème I formant une barre allongée avec du protoxylème à chaque  extrémité. La différenciation des massifs convergents de xylème I est ainsi tangentielle. Ils sont encadrés par deux  massifs de phloème I.
L’importance du parenchyme médullaire, absent dans la racine, et la différenciation non centripète du xylème I tra-duisent le caractère caulinaire de cet organe. Toutefois l’absence de tissus de soutien et d’un épiderme bien différencié (avec cuticule et stomates) suggère le caractère souterrain de cet organe. Son diamètr considérable et la part impor-tante des parenchymes laissent à penser que ces tissus sont spécialisés dans la mise en réserve

 

Capture

Tags

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close